Gryzor | Retrogaming by Pixel-maniac.com

Test

Run and Gun

1987

Amstrad

Gryzor
img_1.png
gal_3.png
gal_6.png
gal_4.png
img_2.png
img_3.png
gal_2.png
gal_8.png
gal_1.png
gal_5.png
gal_7.png
Partager sur Meta Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Partager sur wa
Test

Gryzor

Gros bras et grosses pétoires sur CPC

par Remo © 26 April 2021

En 1987, Predator de John McTiernan sort sur les écrans, suivant la mouvance des héros aux gros bras que sont Rambo, Rocky et autres Conan. La décennie des surhommes est largement lancée quand Konami décide de surfer sur la mode en développant Gryzor aussi connu sous les noms de Probotector ou encore Contra suivant la région où vous vous trouvez.

Gryzor
petite promenade dans la jungle
petite promenade dans la jungle

Run and Gun sauce Konami


Gryzor
Pas facile de rentrer dans le bunker
Pas facile de rentrer dans le bunker

Alléché par cette introduction digne des plus grands romans à suspense, je te vois lecteur, avide d’en savoir plus sur ce chef d’œuvre d’un autre âge. Même s’il paraît daté aujourd’hui, Gryzor est la parfaite adaptation sur CPC des blockbusters dont il s’inspire en 1987. La jaquette pour le moins musclée, avec ses deux Bodybuilder sévèrement burnés, armés jusqu’aux dents qui veulent en découdre avec les pas beaux. Tout est dit, pas de réflexion ou d’énigmes ici mais du fight, du gun et du kill, la sainte trinité des run and gun dont il est un fier représentant.

Lâché en plein milieu de la jungle notre héros bodybuildé va devoir se frayer un chemin semé d’embûches. Les vilains ennemis vont lui envoyer toute leur puissance de feu et je peux vous affirmer qu’ils ne rigolent pas : robots, tourelles défensives, bunker, canons, lasers, tout est là pour vous faire perdre la boule.


C'est pas ma guerre colonel!


Gryzor
le danger est au bout du couloir
le danger est au bout du couloir

Heureusement, vous êtes armés d’un gros calibre qui… ne tire hélas qu’une seule balle à la fois mais, ô chance, qui peut s’orienter dans huit directions différentes diagonales comprises. Tout devient alors un peu moins compliqué. Si on rajoute à cela la possibilité de customiser sa pétoire avec le tir laser, le tir accéléré, le tir enflammé ou le triple tir, les probabilités de l’emporter viennent de se rééquilibrer d’un seul coup.

Mais il faudra quand même cravacher pour y arriver et la mort vous attend quasiment à chaque tableau. Il faudra donc retenir la position des pièges et des ennemis et recommencer encore et encore pour avoir une chance d’avancer sain et sauf à travers des tableaux à défilement horizontal et vertical.

Les plus sceptiques d’entre vous me diront qu’il n’y a rien de foufou là-dedans et que Gryzor n’a rien inventé : oui mais non, je vais même plus loin car le titre ne se contente pas de ces phases et se permet quelques spécificités pour varier le gameplay. En effet, quand enfin vous arrivez à pénétrer dans un bunker, vous passez carrément en vue de derrière pour flinguer les ennemis qui se pointent à l’autre bout du couloir et vous progressez ainsi jusqu’à arriver au cœur du générateur et balancer la purée dans un déluge d’explosions que Stallone et Schwarzy ne renieraient pas.

Au-delà du fun qu’il procure, Gryzor n’est pas en reste côté Graphismes avec une très bonne tenue sur les machines de l’époque et une image très colorée qui fait vraiment plaisir. La promesse du jeu à deux de l’écran titre n’est valable qu’en arcade ou sur NES, nos pauvres CPC crachent déjà tout ce qu’ils ont pour nous afficher le maximum de couleurs à l’écran et c’est bien dommage tant le fun se partage à deux dans ce genre de jeu.


En résumé
Gryzor

Gryzor édité en Europe par le mythique studio Ocean Software ou Contra dans le reste du monde lance une franchise bien connue des gamers qui connaîtra son heure de gloire sur NES avec Probotector (le même jeu donc) et SNES avec le célèbre mais crispant Super Probotector : Alien Rebels. Ici les héros sont remplacés par des robots pour ne pas choquer la veuve et l’orphelin. Ben oui, Nintendo oblige, c’est toujours plus simple pour sa conscience de dézinguer du robot voire du nazi que de taper sur des vrais gens même s’ils sont méchants. Allez, j’y retourne, je n’ai pas encore eu ma dose de gunfight : Banzaï !!!

Aucune vidéo attachée à l'article: Créez une vidéo?

GryzorGryzor
GryzorGryzor

Portages, Versions et Adaptations

aucun portage chargé

Screenshots

Toutes les images/vidéos proposées sont issues de captures réalisées en jeu par nos soins
Remo
Auteur - Remo -

Remo, grand ordonnateur du CPC6128, caution SNES et N64 de Pixel-Maniac

Publication : 26 April 2021 | Catégorie Test | Version Amstrad

Dernière modif le 2021-05-31 13:13:07 (Dernière modif il y a plus d'un mois par Remo)
Vu 4274 fois - 24h :
- 7 derniers jours: 19 (-4)
- 30 derniers jours: 77
- 3 derniers mois: 267
- 1 an: 1074
- année précédente : 2857

-- Du même auteur: Remo --

Secret of evermore
Secret of evermore
Ikari Warriors
Ikari Warriors
Inertie
Inertie
Prince of Persia SNES
Prince of Persia SNES
Indiana Jones et la dernière croisade
Indiana Jones et la dernière croisade
Les boucliers de Quetzalcoatl
Les boucliers de Quetzalcoatl
Goldeneye
Goldeneye
Zelda Ocarina of Time
Zelda Ocarina of Time
Mystic Quest
Mystic Quest
Batman Returns
Batman Returns
Super Mario Allstars
Super Mario Allstars
F ZERO X
F ZERO X
Banjo Kazooie
Banjo Kazooie
Super Mario Land
Super Mario Land
Final Fight
Final Fight
Tintin le temple du soleil
Tintin le temple du soleil
Super Metroid
Super Metroid
Golden Axe II
Golden Axe II
Robocop
Robocop
Terminator 2
Terminator 2
Donkey Kong Country
Donkey Kong Country
Super Ghouls n Ghosts
Super Ghouls n Ghosts
Super Mario World 2
Super Mario World 2
Les chevaliers de Baphomet
Les chevaliers de Baphomet
Baldurs Gate
Baldurs Gate
Desperado
Desperado
Manhattan 95
Manhattan 95
Tintin au Tibet
Tintin au Tibet
Flashback The quest for identity
Flashback The quest for identity
Batman return of the Joker
Batman return of the Joker
Batman Gameboy
Batman Gameboy
Rick Dangerous II
Rick Dangerous II
Les Goonies
Les Goonies
Rick Dangerous
Rick Dangerous
Super Castlevania IV
Super Castlevania IV
Another World
Another World
Le mystère XIII
Le mystère XIII
Toki le tarzan du jeu video
Toki le tarzan du jeu video
Wizards and Warriors X  Fortress of Fear
Wizards and Warriors X Fortress of Fear
Battletoads
Battletoads
Mad Dog McCree
Mad Dog McCree
Indiana Jones Greatest Adventures
Indiana Jones Greatest Adventures
Batman 1986 sur Amstrad CPC
Batman 1986 sur Amstrad CPC
Action-RPG sur Super Nintendo PAL
Action-RPG sur Super Nintendo PAL

FAQ / REF / CITATIONS

Soutenir le site sur
Gryzor
Basic Syntax avec Markdown

nono
nono a écrit le 29/04/2021 à 22:21:33.

Ca me rappelle les variations de gameplay d'un Tortues Ninja mélangeant 2D et pseudo 3D, sur NES justement comme Probotector. Merci KONAMI pour la créativité de ses développeurs :)
Remo, il faut apprendre à faire des Screenshot aussi c'est quoi cet écran bleu ?

répondre à nono

Note 71/100

Résumé

Gryzor édité en Europe par le mythique studio Ocean Software ou Contra dans le reste du monde lance une franchise bien connue des gamers qui connaîtra son heure de gloire sur NES avec Probotector (le même jeu donc) et SNES avec le célèbre mais crispant Super Probotector : Alien Rebels. Ici les héros sont remplacés par des robots pour ne pas choquer la veuve et l’orphelin. Ben oui, Nintendo oblige, c’est toujours plus simple pour sa conscience de dézinguer du robot voire du nazi que de taper sur des vrais gens même s’ils sont méchants. Allez, j’y retourne, je n’ai pas encore eu ma dose de gunfight : Banzaï !!!

Commentaires

nono
nono a écrit le 29/04/2021 à 22:21:33.

Ca me rappelle les variations de gameplay d'un Tortues Ninja mélangeant 2D et pseudo 3D, sur NES justement comme Probotector. Merci KONAMI pour la créativité de ses développeurs :)
Remo, il faut apprendre à faire des Screenshot aussi c'est quoi cet écran bleu ?

répondre à nono